Cy Jung, Fragments d’un discours politique (manuscrit)

Ces Fragments d’un discours politique sont un manuscrit.

Ils disent la pensée politique de Cy Jung, écrivaine, à l’automne 2015.

Mentions légales

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur. Les conditions légales d’utilisation des contenus des sites de Cy Jung sont ici.

Accueil || Fragment précédentFragment suivant

2 septembre 2015

Cela fait des années que j’ai envie d’écrire un « texte politique ». Je mets d’emblée des italiques et des guillemets car mon écriture est par essence politique quels qu’en soient le sujet et la forme. En plus de transpirer mes engagements à travers tous ses pores, d’être en prise directe avec le monde tel qu’il m’apparaît, elle est le bras armé de mon activisme, mot que j’ai découvert récemment [1], mot qui incarne le fil directeur de ma vie et lui donne aujourd’hui un sens (une saveur ?) particulier (particulière).
Par « texte politique », j’entends un texte de réflexion et d’analyse qui apporte une contribution plus « théorique » (et plus globale) que ce que ne le fait, par nature, un texte de fiction même si son contenu politique est forcément le fruit d’une pensée et d’un savoir préalables. Une fois encore, je mets des italiques et des guillemets car cette référence au « théorique » me fige. Mon troisième cycle en Sciences politiques est si loin, ma formation si incomplète, mon savoir accumulé tellement partiel ! Cette frilosité intellectuelle est la première raison pour laquelle j’ai toujours renoncé à me lancer sur un terrain où ma compétence serait contestable. La seconde est l’ampleur de la tâche. Le monde est si vaste, et si complexe ! Par quel bout le prendre, le comprendre, le penser ? Le changer ?
Aujourd’hui pourtant, je sais que je ne dois pas renoncer avant d’avoir essayé. Tant pis si ma pensée pèche par manque de références et d’outils conceptuels. Tant pis si l’on m’en conteste la légitimité. Tant pis si je ne suis pas capable d’aller au bout de ce discours politique que l’écriture peut me permettre de construire. Je ressens en cet automne 2015 comme un « devoir d’écriture », comme un « devoir de penser » et je me lance. Je dois lâcher mes chiens ; il est temps que je morde dans mes pommes de discorde sans craindre d’en avaler les pépins.


[1Cy Jung, « Causerie suédoise — Suis-je une activiste ? », intervention lors de l’IDAHOT à l’invitation du LGBTQ-network for employees at Lund University (Suède), 18 mai 2015.

Fragment précédent / Fragment suivant
Retour à tous les Fragments

Mentions légales

Un texte libre de lecture sur un site Internet n’est pas un texte « libre de droit ». Cela signifie que l’on a celui de le lire mais pas celui de le reproduire sans l’autorisation expresse de son auteur. Les conditions légales d’utilisation des contenus du site de Cy Jung sont ici.